L’écrasement de l’A320 : Que s’est-il passé ?

Les journalistes continuent d’analyser les informations dans les enregistrements de bord. Les chargés d’enquête font déjà une reconstitution des évènements, alors que la seconde boîte noire n’est pas toujours retrouvée.

Après avoir enquêté sur l’ancienne compagne du copilote, le quotidien allemand ‘Bild’, affirme détenir des enregistrements de vol et a publié le déroulement des 20 dernières minutes avant le crash. Dans ces enregistrements, le pilote aurait ordonné au copilote d’ouvrir la porte du cockpit, sous les hurlements des passagers avant le crash.

D’après les enregistrements, la porte du cockpit était fermée par le copilote après que le commandant de bord soit sorti. Bild am Sonntag a confirmé que durant les premières minutes de vol, Patrick S. et Andreas Lubitz (pilote et copilote) ont eu certains échanges. Le pilote lui explique qu’il n’avait pas pu aller aux toilettes à Barcelone avant le départ.

Préparation de l’atterrissage

L’avion se trouvait à peu près à 11 600 mètres vers 10 h 27. À ce moment, le pilote a ordonné à son copilote d’entamer les préparatifs d’atterrissage à Düsseldorf. Mais Lubitz a simplement dit : ‘J’espère », ‘On verra’.

Après, Lubitz a dit au pilote qu’il pouvait maintenant aller aux toilettes. Deux minutes plus tard, le copilote prenait seul les commandes de l’appareil.

Le pilote supplie d’ouvrir la porte

Selon Bild, l’avion s’apprête à descendre vers 10 h 29. Trois minutes après, les contrôleurs aériens français essayent de contacter l’avion, sans aucune réponse. Pendant ce temps, une alarme s’est déclenchée dans l’appareil.

D’après Bild, après le retour du pilote des toilettes, celui-ci cogne à la porte et supplie le copilote de le laisser entrer. Le journal ajoute que les passagers, très inquiets, commencent à hurler.

L’avion heurte une montagne

À 10 h 35, le pilote essaye tous les moyens pour ouvrir la porte. Il a même donné des coups de hache à cette dernière, mais en vain. Une seconde alarme se met à retentir 90 secondes après. À cet instant, l’avion est situé à 5 000 mètres d’altitude. Le pilote ne cesse de demander l’ouverture de la porte : ‘Ouvre-moi cette foutue porte’.

Selon Bilt, l’avion s’écrase contre une montagne à 10 h 40. En analysant les enregistrements, les enquêteurs soupçonnent Andreas Lubitz d’avoir fait cracher volontairement l’A320 dans les Alpes françaises. Résultat : aucun survivant, 150 personnes tuées (le copilote y compris).

Laisser un commentaire