Mont Kinabalu : Les touristes qui ont posé nus sont incarcérés

Deux d’entre eux viennent du Canada et les deux autres de l’Angleterre et des Pays-Bas. Avec 6 autres personnes, notamment des touristes occidentaux également, ils ont pris des photos tout en étant nus sur le Mont Kinabalu. D’après la tribu locale, leur geste aurait entraîné un tremblement de terre mortel. Les autorités malaisiennes les ont placés en détention.

Ces touristes n’envisageaient sûrement pas que leur geste allait provoquer des conséquences aussi graves. Depuis mardi, les forces de police ont mis en détention les 4 touristes, dont 3 hommes (Canadiens et Néerlandais) et une femme (Anglaise). Ces derniers se sont photographiés tout en étant nus sur le mont Kinabalu. Une semaine après leur geste, un puissant tremblement de terre est survenu sur le site.

Ce séisme a été l’un des plus violents constaté dans le pays, car il a entraîné des éboulements de terrain et l’effondrement de plusieurs blocs de roches. Plusieurs sentiers de randonnée ont également été ensevelis. Les autorités ont estimé à 18 le nombre de victimes de cette catastrophe.

Entre-temps, les photos de 10 touristes nus, y compris les 4 incarcérés, ont circulé sur internet. Les clichés avaient été réalisés le 30 mai sur les hauteurs du mont Kinabalu. Une telle conduite a entrainé le mécontentement de la tribu locale qui considère que c’est une offense à ce lieu sacré. Les responsables malaisiens ont immédiatement désapprouvé ce geste qui aurait entraîné la fureur des esprits, causant ainsi le séisme.

Un lieu sacré

Les 4 touristes placés en détention ont été isolés des détenus malaisiens pour éviter que ceux-ci ne s’en prennent à eux. Les 6 autres touristes sont encore recherchés en ce moment. Le ministre du Tourisme a expliqué sur Twitter que des mesures judiciaires ont été prises contre les détenus qui vont encore être placés en garde à vue pendant 4 jours. Il avoue que leur geste n’est pas vraiment à l’origine du séisme, mais que cela va à l’encontre du mode de vie de la tribu autochtone. Le mont Kinabalu est révéré et sacré, martèle-t-il.

Le principal chef d’accusation contre ces touristes est notamment la nuisance publique. Ils peuvent risquer une amende et/ou 3 mois de prison s’ils sont poursuivis. Le Guardian a indiqué que le père de la Britannique inculpée sollicite la clémence des autorités, les incitant à choisir une peine tolérable.

Laisser un commentaire