Optique : La lutte contre le hors de prix

Partez en randonné l’esprit tranquil avec la meilleur mutuelle.

En France, il faut dépenser environ 470 euros pour bénéficier d’une paire de lunettes. Étant le prix le plus élevé de toute l’Europe, un observatoire du prix est mis en place afin d’encadrer ce tarif.

En moyenne, une paire de lunettes coûte 470 euros en France, soit 2 fois plus élevée que dans d’autres pays européens. Les problèmes dans l’optique sont alors le second motif de renoncement aux soins.

Contrôler le prix de vente

Pour stopper ces lunettes hors de prix, l’État a créé un observatoire des prix en 2014. Cet organisme, dont les membres se réuniront chaque année, va contrôler les prix de vente, la qualité des produits d’optique, le niveau de couverture par les complémentaires santé…

Une trop grande marge chez les opticiens

En 2013, une étude avait dénoncé les marges trop importantes des opticiens qui sont d’ailleurs la source du surcout payé par les assurés. Le secteur de l’optique pèse en tout 5.8 milliards d’euros. Un équipement d’optique est vendu 393 euros HT, soit 470 euros TTC, ce qui est largement plus élevé que les 118 euros avec lesquels l’opticien l’a acheté. Ce dernier gagne donc un bénéficie de 275 euros, un gain de 233%. Avec les verres, la marge moyenne s’élève jusqu’à 317%.

Cette marge exorbitante sert principalement à couvrir les dépenses excessives et les frais de markéting des enseignes. Pour séduire, les opticiens vont jusqu’à offrir une seconde paire gratuitement. Mais celle-ci, distribuée régulièrement, va alourdir la facture finale des consommateurs jusqu’à 120 millions d’euros/an.

Peu de précision sur la prise en charge

La prise en charge par les mutuelles et l’assurance maladie est aussi dénoncée par les observateurs. Si le régime général rembourse 60% sur la base des prix officiels l’équipement d’optique, les mutuelles remboursent suivant les cotisations payées (sans aucun plafond). Mais depuis avril 2014, le gouvernement a interdit aux mutuelles cette liberté à fixer les tarifs de remboursement. Aussi, les équipements d’optique ne bénéficient plus d’un remboursement que tous les 2 ans, excepté pour les enfants et les personnes sujettes à une évolution de la vue.

Découverte d’une fraude

D’après une enquête réalisée en 2014, les opticiens auraient délibérément recours à la fraude pour optimiser les remboursements. Ainsi, ils reportent sur les verres le montant de la monture peu prise en charge. L’étude affirme que 17.9% des opticiens étaient coupables.

Laisser un commentaire